Partager cet article

Fernandes : « Il faut que justice soit faite ! »

Fernandes : « Il faut que justice soit faite ! »

Très en vue hier soir sur le terrain du Kybunpark, Gelson Fernandes a appris avec énormément de tristesse les insultes racistes qui ont touché le gardien valaisan au coup de sifflet final. Le vice-président du FC Sion revient aujourd’hui sur ces événements dans un discours très touchant et émouvant. L’ancien international suisse entend également mener les procédures jusqu’à leurs termes. Interview.

Gelson Fernandes, comment ça va après les événements d’hier soir où on vous a vu très actif ?

Oui, très actif mais ce n’était pas quelque chose qui m’a fait plaisir. Ce qu’on a vécu est un fait très grave qu’on ne peut pas tolérer et qu’on ne peut pas laisser passer.

Vous avez immédiatement pris conscience de ce qui se passait sur le terrain ?

Pour être honnête, je n’ai pas su tout de suite ce qui s’est passé et que c’était des propos racistes adressés à notre jeune gardien. Je pensais que c’était la frustration des saint-gallois par rapport à la fin de match et à ce but encaissé. J’ai pris connaissance de la situation lorsque je suis allé voir Timothy Fayulu sur le terrain et quand j’ai vu ses yeux.

Et là il vous a directement dit qu’il avait été victime d’insultes racistes de la part des fans saint-gallois…

Non, il ne m’a pas dit qu’il avait été victime d’insultes racistes mais il m’a dit « je ne suis pas un singe ». Et il n’est pas un singe, ce qui est vrai.

Comment vous avez réagi dès que vous avez su ce qui s’était passé ?

On a tout de suite mentionné à l’arbitre que notre gardien avait été victime de propos racistes pour qu’il ajoute cela à son rapport du match. On a essayé de rassurer notre joueur et d’être au plus près de lui dans ces moments. Ce n’est pas facile parce que je peux comprendre sa frustration et son dégoût face à cela. Il a été touché comme homme dans sa chair et son cœur. Ce n’est pas simple. C’est ce qui me perturbe le plus.

Vous qui avez joué dans de nombreux championnats, on imagine que ça vous fait mal de voir cela en Suisse…

Timothy Fayulu est suisse et il a décidé de jouer pour la Suisse. Il aime la Suisse. C’est difficile de montrer un plus gros attachement que ça. Ça me fait mal parce que c’est une minorité mais si on reste assis les bras croisés, je ne pense pas qu’on pourra changer beaucoup de choses. Pour nous, c’est important de le protéger. La politique du club, elle n’a pas de sexe et pas de couleurs. J’en suis d’ailleurs la preuve vivante ! 

Pour vous, ancien international qui a fièrement porté les couleurs de la Suisse, c’est inconcevable que cette histoire reste sans suite ?

Non, après les instances ont leur rôle à jouer. Ce sont elles qui sont responsables de l’organisation des matchs et des sanctions qui doivent être prises. Par contre, on leur demande de mettre tout à disposition de la justice parce que Timothy Fayulu va porter une plainte contre X. On lui met l’avocat du club à disposition. Il faut que justice soit faite. 

Concernant Timothy Fayulu, quel soutien vous allez lui apporter dans ces moments difficiles pour un jeune joueur touché pour la première fois par une telle situation ?

Je lui ai dit, ce ne sera pas la dernière fois. Ça me fait mal de le dire, mais cela arrivera encore. Il faut qu’il se fortifie par rapport à ça et qu’il utilise cette expérience là, mais aussi sa famille et ses proches. C’est des choses auxquelles on peut être confrontées, mais qui ne sont pas normales. Beaucoup de personnes peuvent concevoir ce que ça fait, mais ne peuvent pas le ressentir. Nous, avec notre couleur de peau, on peut le ressentir. On n’est pas là à s’apitoyer mais nous allons être là pour lui, c’est une certitude. Comme club, nous serons là pour lui car il fait partie intégrante de la famille comme l’ensemble des autres joueurs peu importe leurs origines.

Quels ont été les premiers mots que vous lui avez dit à la sortie du terrain ?

Je pense que passablement de joueurs sont allés vers lui pour le rassurer. C’était une longue nuit pour lui et il va falloir qu’il récupère bien. On va le protéger en début de semaine avec tout ce qui lui est arrivé.

L’interview de Timothy Fayulu est également à lire !

#AllezSion #NoToRacism #TousEnsemble