Partager cet article

Avec caractère, Sion sauve un point !

Avec caractère, Sion sauve un point !

Le match au sommet de la Super League n'a pas donné de vainqueur et s'est soldé sur un score de parité (2-2). Un score qui doit évidemment au fait que le FC Sion a dû jouer trente minutes en infériorité numérique. À 11 contre 11, la donne aurait été totalement différente tant les Sédunois ont nettement dominé cette rencontre. D'ailleurs, en conférence de presse, Giorgio Contini s'est montré très honnête : « À 11 contre 11, nous n'aurions eu aucune chance aujourd'hui ». Le FC Sion a (peut-être) perdu deux points mais il a sans doute conquis le cœur des supporters avec une débauche d'énergie exceptionnelle et une mentalité irréprochable alors qu'il avait pris plusieurs coups sur la tête en l'espace de quelques minutes !

Dès l'entame de match et pour la troisième fois consécutive, Paolo Tramezzani alignait la même formation disposée en 4-3-3. Les 45 premières minutes ont été à sens unique puisque Grasshopper n'a rien montré, acculé dans sa moitié de terrain par une forte pression valaisanne. Chaque duel, chaque deuxième ballon étaient valaisans. Les Sauterelles n'arrivaient pas à sortir proprement le ballon. Les Sédunois poussaient et allaient logiquement s'offrir des premières grosses occasions avec notamment une tentative de Poha (20e) qui passait tout proche de l'ouverture du score. Dans la foulée, sur un centre splendide de Musa Araz, Filip Stojilkovic pouvait mettre Sion devant de la tête. Un premier but logique qui venait récompenser un début de match canon de la part du FC Sion. Dans la deuxième partie de la première période, les Sédunois tentaient encore offensivement sans trouver la faille à nouveau. Défensivement, Nathanaël Saintini et Dimitri Cavaré se montraient solides notamment dans des duels en un contre un. 

Au retour des vestiaires, Stojilkovic ne passait pas loin du doublé lorsqu'il profitait des erreurs défensives adverses. Finalement, Moreira dégageait les siens. C'est à ce moment-là que le FC Sion allait vivre des minutes compliquées. D'abord avec un but annulé à Dadashov. Entré à la pause, l'attaquant a posé beaucoup de problèmes à l'arrière-garde sédunoise. L’azerbaïdjanais trouvait les filets mais s'était fait l'auteur d'une faute de main avant cela. Une poignée de secondes plus tard, c'est lui qui provoquait l'expulsion de Dimitri Cavaré. Monsieur Horisberger n'hésitait pas alors que Dadashov semblait faire une première faute en début d'action. La roublardise de l'attaquant de GC donnait donc un bon coup-franc et une demi-heure en supériorité numérique. Sur le coup-franc qui s'ensuit, c'est Ribeiro qui égalisait de la tête avant que Dadashov (encore lui !) donnait l'avantage à Grasshopper (63e). On se disait alors que la tâche devenait très compliquée pour les hommes de Paolo Tramezzani. Mais, grâce à un caractère extraordinaire et à une solidarité extrême, les Sédunois revenaient à 2-2 grâce au premier but en Super League de Poha, qui profitait là d'un cadeau offert par Noah Loosli (67e). Dans les 20 dernières minutes, les Sédunois tentaient encore et ne souffraient absolument pas de l'infériorité numérique en faisant mieux que les Sauterelles.

Finalement, comme le sous-entendait Giorgio Contini au moment de l'analyse, Sion était largement meilleur et a offert un visage très intéressant. À chaque sortie, le club valaisan s'améliore et convainc de plus en plus le public. Alors qu'il se serait sans doute écroulé il y a quelques mois avec autant de vagues contraires, ce Sion-là est revenu à hauteur et a donné entière satisfaction à Paolo Tramezzani qui a reconnu un immense changement de mentalité à l'entre-saison. Avant de se rendre à Lucerne pour la prochaine journée de Super League, les Sédunois passeront par la case Coupe Suisse avec un déplacement à Chênois (samedi, 17H30).

#AllezSion #TousEnsemble