Pablo Iglesias : "Tout est ouvert pour un bon printemps"

Première équipe
542344510-highres

Arrivé il y a six mois en Valais dans le poste de « directeur du football » fraîchement créé pour lui, Pablo Iglesias est présent à Marbella auprès de l’équipe pour ce camp de préparation. Le dirigeant a pris le temps de revenir sur ses premiers mois en Valais et d’évoquer ses tâches au sein du FC Sion. Interview.

Après six mois en tant que directeur du football, quel bilan personnel peux-tu en tirer ? 

Je ne suis pas certain que l’on puisse déjà parler de véritable bilan, en tant que tel, même si cela a été très intense, vu l’ampleur de la tâche et le temps qu’il a fallu prendre, pour mieux connaître et comprendre le fonctionnement du club, tout comme les personnes qui y travaillent !  De plus, cette fonction et ces responsabilités obligent deux lectures bien distinctes, celle d’objectifs à court terme en ce qui concerne l’équipe professionnelle et une autre, définie à plus long terme avec la relève sédun7oise et valaisanne. Le court terme, par exemple, peut brièvement se résumer à une politique sportive qui nous a amené, avec le très bon travail de Barthélémy Constantin, à réduire de manière significative le cadre de la 1ère équipe l’été dernier et de miser sur la continuité et l’identité des techniciens déjà en place au club, puis, de cibler le dernier mercato estival en trois étapes !

Tu souhaitais découvrir un club suisse dirigé par un président local. Au fond qu’est-ce qui change dans la façon de procéder par rapport à d’autres formes de club ?

Un type de management de proximité, émotionnel et passionnel, qui n’inclut pas forcément un véritable Conseil d’administration comme j’ai pu le vivre par le passé. Le Président m’a d’ailleurs dit une fois, de manière aussi malicieuse que responsable, que le meilleur Conseil d’administration qui puisse exister dans une entreprise, est celui qui est composé d’un nombre de personnes impair et inférieur à 3 ! Cela comporte de nombreux avantages, notamment décisionnels, même si cela peut occasionner parfois, quelques inconvénients logistiques.

Comment expliquer ta présence ici à Marbella auprès de l’équipe ?

Tout simplement par ma fonction, en tant que membre de la direction du club. Nous sommes présents avec Barthélémy quelques jours en Espagne pour soutenir et être à disposition de l’équipe et du staff. Il est important de pouvoir échanger avec l’un ou l’autre d’entre eux de manière plus individuelle, selon leurs besoins du moment et dans un contexte différent où ils ne sont pas forcément conditionnés, en termes de temps, par leurs obligations privées ou extra-sportives.  

Tes premières tâches ont été portées vers la formation, en restructurant. Peux-tu nous expliquer brièvement ce qui a été mis en place ?

Une planification en plusieurs étapes au sein de la formation du club, qui m’a permis d’observer, évaluer et cibler le potentiel local, celui des joueurs comme celui des techniciens. Tout cela s'est déroulé, au travers de plusieurs réunions techniques et d’entraînements pratiques, partagés sur le terrain avec les différentes catégories de jeunes du club ! 

Ces premiers mois, m’ont permis d’emmener progressivement l’ensemble des collègues et collaborateurs vers une nouvelle réflexion, en essayant de les guider vers une idée commune répondant, à mes yeux, au réel potentiel des jeunes joueurs de ce canton et du club. 

Cette idée s’est finalement concrétisée et traduite par une philosophie et une méthodologie de travail introduites dans un nouveau cadre, qui nous permettra d’avoir une certaine cohésion et surtout une véritable identité de jeu, malgré que les sites d’entraînements de nos différentes équipes juniors ne soient pas toujours localisés au même endroit. 

Les M21 terminent le premier tour dans le ventre mou. Est-ce que cela répond aux attentes placées dans un effectif très jeune ?

Les attentes se doivent toujours d’être plus ambitieuses, tout en sachant d’où l’on vient et dans le cas précis la relégation vécue avant mon arrivée par les U21 la saison dernière en 1ère Ligue Classic. Cette relégation nous a permis de repenser et revoir, avec Christian et Barthélémy, les potentiels plans de carrières de la relève sédunoise. Cette équipe est donc composée de très jeunes joueurs, pour la plupart, encore en âge de juniors (17-18 et 19 ans) et qui se frottent pour la première fois à un football dit d’adultes !

Dans le même ordre d’idée, depuis le début de cette saison 2022 / 2023, nous avons volontairement réservé 4 à 5 places fixes dans le contingent de l’équipe professionnelle. Cela leur permet durant une saison complète de côtoyer au quotidien (entraînements, voir matchs officiels) les exigences du football professionnel. 

Dans le même intervalle, 3 places supplémentaires nous sont octroyées par notre club partenaire de Challenge League (Yverdon-Sports) où se trouvent actuellement 3 jeunes sédunois (Theler, Berdayes et Rodrigues) qui, d’ailleurs, effectuent un excellent début de saison en s’imposant, pour deux d’entre eux, comme des titulaires ! 

En résumé, cette nouvelle structure permet donc aux jeunes sédunois les plus talentueux, de se frotter de manière précoce à un football d’adultes la première année, puis d’intégrer le groupe professionnel sur une saison dans un rôle de jeune stagiaire, puis d’effectuer une saison en Challenge League, à moins que ces derniers ne soient parvenus à s’imposer plus rapidement avec la 1ère équipe du FC Sion.  

D’un point de vue de la première équipe, quel bilan tires-tu du premier tour ?

Bilan qui a deux visages… Celui d’un début de championnat ambitieux et performant notamment avant la trêve internationale de mi-septembre, puis des prestations beaucoup plus mitigées, qui n’ont pas permis à l’équipe de garder l’excellente dynamique trouvée en juillet, août et septembre ! 

La seconde ronde de championnat n’étant pas encore terminée, pour les raisons que l’on connaît, tout reste très ouvert dû à l’homogénéité des équipes et aux seulement 5 points qui séparent la 2ème de la 8ème place au classement actuel ! 

Tu retrouves un entraîneur que tu connais bien. À ton avis, que pourra apporter Fabio Celestini en Valais ?

Une autre approche et un style de jeu qui se veut dominant avec le ballon, une connaissance et expérience certaine de notre championnat suisse, après avoir travaillé tant à Lausanne, Lugano que Lucerne, où, chacun de ses passages s’est soldé par un trophée ou une qualification aux places européennes ! Fabio a une grande envie de transmettre, il est très soucieux du détail dans un cadre bien défini et attend beaucoup de ses joueurs en termes d’attitude et de professionnalisme.

Dans les prochains mois, à quoi seras-tu occupé ?

À prolonger les journées et les semaines… Vous avez une autre question… ? (rires)

#AllezSion #TousEnsemble